Les portes du vieux monde

Forum de role play dans l'univers fantastique de Warhammer JDR 2nde édition de Games workshop (marque déposée). Ce forum n'est ni officiel, ni approuvé par Games Workshop.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Grank Grimnirson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Re: Grank Grimnirson le Mer 6 Juin 2012 - 6:02

Grank

avatar
Un troll...

Gros, puant, laid et bête...un troll.

La dernière fois que j'avais eu affaire à un troll il m'avait arracher le bras et avait massacrer 5 tueurs avant de trépasser...

Et voila qu'un autre de ces monstres se trouvait devant moi...bien que dans mes souvenirs le premier avait trois bras et deux têtes mais il restait un troll. Et j'en avais un sous le nez...

Je remarquais à peine que Salerakai me laissai sa place pour combattre le monstre. Et ce dernier avançait vers moi...

Les souvenirs du combats contre le premier troll me revenait et ils emmenaient avec eux d'autres souvenirs plus anciens. Des souvenirs qui ne devaient pas être oublié mais qui ne demandaient qu'à rester dans leur coin du cerveau.

La hachette...le sang...son père...

Ce n'est que lorsque le Nippon glissa et tomba à l'eau dans un grand plouf que je sortit un peu de ma rêverie. Mais toujours plonger dans mes souvenirs je ne comprennais plus rien. Salrakai me beugla : Qu’est c’tu fous Grank ?
-Bin y a Alentar qui vient de tomber à l’eau


Encore désorienté le troll m'attrapa et commença à ouvrir la gueule. Mais je restais dans mes souvenirs , L'homme en noire !
L'haleine du troll me remit dans la réalité, enfin partiellement car devant la gueule pleine de crocs du monstre il n'y avait plus de tueur prêt à lui coller un bon coups de bras mécanique dans la tronche et lui arracher une dent et de la lui planter dans la gorge, il y avait le jeune fils de brasseur de Karaz-a-Karak et il réagit comme tel:
Mais qu’est ce que t’attends pour m’aider ? hurlai-je à Salrakai.

Alors l'autre tueur chargea, le voir ainsi foncer sur le danger me remit les idées en place mais avant que j'ai pu coller un coups de boule à la bête celle-ci me jeta avec violence.
Fort heureusement je retombai sur mon bras gauche et c'est lui qui encaissa toute le choc.

Je m'assis pour regarder. Salrakai s'attaqua à la jambe du troll et réussit à la couper mais le monstre n'avait pas apprécié et en tombant frappa le jeunot qui parti dix mètres en arrière poursuivit par un troll rampant. Mais Zorckal et Alentar le chargèrent tandis que Salerakai se relevait.

J'aurai voulut leur crier de ne pas toucher au troll mais une douleur fulgurante me traversa l'épaule gauche quand je me relevait et je retombai au sol en me tenant le bras là ou la machine et le moignon ne faisait plus qu'un, sentant la chaleur que dégageait la machine.
En relevant la tête vers le combat je ne pus voire que le semi-ogre qui tranchait celle du troll et Salrakai qui le chargeait.
Pendant que le jeunot se disputait avec le géant je m'approchai d'une mare et plongea mon bras dedans, repensant à l'homme en noire.
Comment avais-je pu l'oublier ? Comment avais-je pu oublier ça !? Il y avait de la magie là dessous car si il y avait une chose qu'un tueur n'oubliai pas c'était pourquoi il était devenu ce qu'il était et tout ce qui s'y rapportait.

De la vapeur s'échappait de l'eau ou j'avais plongé mon bras "déganté". Bien entendu cela attira l'attention de mes compagnons enfin surtout du monstre, le Nippon discutant avec la petite fille et l'autre tueur me jugant indigne d’intérêt. J'ai le double de ton age et tu me juges jeunot ! Grumbaka ! Bon c'est vrai que c'était pas une attitude de tueur mais le respect des aînés ...

Après avoir fait comprendre au semi-ogre que tout allait bien et après avoir remit mon gant de cuir, nous repartîmes vers la chaumière. Mais je ne regardai pas ce qui se passait autour de moi. J'avais pris la crête et la hache pour un crime dont je n'était peut être pas coupable...

Voila qui remettait tout en question et je décidai de laisser mes "amis" là et de retourner penser à ça avec une chope de bière en main. Ensuite je devrai que je retourne à Karak-Kadrin pour en parler avec Harek, un prêtre de Grimnir qui m'étais très sympathique.

Et c'est ainsi que je repartis seul vers Schonfeld en repensant à cet homme en noire et aux paroles de mon aîné, Lorbor :
" Si tu veux mourir, pends-toi, crois tu réellement que Grinmir notre Ancêtre est allé se perdre dans les désolations pour gaiement tuer des monstres ? Il s'est sacrifié pour sauver son peuple, voilà pourquoi nous, Tueurs, nous menons cette vie, nous nous sacrifions dans l'optique où chaque créature que nous passons au fil de nos haches ne viennent jamais nuire à l'un de nos frêres."



C'est ainsi que se termine mon résumé du scénario Le Glubglub.

Merci à Bonoarpha, Damien, Zorckal et surtout merci à Jon le MJ pour ce super scenar.

2 Re: Grank Grimnirson le Mar 5 Juin 2012 - 5:39

Grank

avatar
Après un moment Molnar arriva.
C'était un petit bourgeois ventripotent, avec une meilleure barbe un elfe ou un orque aurai put le confondre avec un nain...
Il nous avoua ne pas s'attendre à voir deux tueurs et un Nippon C'était donc ça ! Il n'était pas malade !

Nous parlâmes un moment des raisons qui poussait Molnar à interdire l'accès du marais aux gens. Des trolls et un monstre que personne de vivant n'a vu...la routine, dans un marais, Nous eûmes également droit à un guide qui nous attendrai devant chez lui le lendemain ! Et il nous informa d'une prime de 10 couronne d'or par troll.

Après ce bref entrevu nous retournâmes à l'auberge des '' amis qui s'lèvent vite'' ou` je dus résumés à Zorckal notre entrevu:

- Salut l’monstre …
-Alors ? Vous avez trouvé quelque chose ?
- Bien sur qu'on a trouvé des trucs, on est des nains ou on n’l'est pas ... Mais avec une bonne bière naine, on n’a pas besoin de nourriture ... d'ailleurs, 3 bières !
lançai-je à l'aubergiste.
- Bon, alors on est allé voir ce Alexander Molnar … Il a une jolie bicoque juste devant le temple de Sigmar … Ben on est entré et le mobilier intérieur est assez chouette, mais cette bonne femme, la gouvernante voyons , précisai-je car je pensai qu'un truc aussi gros ne comprendrai pas , nous fait attendre un quart d'heure avant de nous proposer un rafraîchissement ! Franchement ces humains ... Bon heu ... Après y'a Alexander Molnar qui est arrivé … Il est moins bien vêtu que son mobilier, sûrement que c'est papa qui a fait fortune en laissant un fils moins compétant, bref on a discuté.Dans les marais, y'a des trolls et ... 1 gros monstre !!! Pas comme toi évidement. Et donc ce monstre tuerait tous ceux qui entreraient dans le marais. Ha ! Et pis Molnar donne une récompense de 100 Couronnes d'or à ceux qui ramèneront une preuve de la mort de c’te bestiole … Moi je crois que j'vais laisser tomber les crabes un moment !!!

Après avoir vaincu Salrakai au pierre-papier-ciseau qui départagerait qui aurait le premier troll, je partit faire quelques emplettes bien utile pour la chasse au troll, et qui prenait tout leur sens maintenant que mon bras était en métal et immunisé à la douleur.
C'est avec un tonnelet d'huile, quelques gros morceau de charbons et une boite d'allumette que je revint dormir.

Une bonne nuit de sommeil plus tard et après un réveil difficile pour un certain orientale, nous partîmes chercher notre guide chez Alexander Molnar. C'est un jeune homme d'une vingtaine d'années qui nous attendait devant la porte du bourgeois.
Il s'appelait Roland Stroedel et après un moment nous obtînmes de lui deux torches et une fiole d'huile chacun. Mais Salrakai n'en voulut pas et laissa à un autre son cadeau.

Durant le trajet notre guide nous parla de tout et de rien tandis que le Nippon et le monstre chassait les bestioles. Puis nous arrivâmes au marais et notre guide nous laissa là.

Le semi-ogre le le jeunot sondant le terrain nous avançâmes moins vite que prévu. Tout à coups Salrakai s’arrêta et nous lança un magnifique: Arrêtez-vous les mecs ! Ca sent le pourri ! en nous indiquant la droite. Un peu plus loin un gros buisson de la taille d'un troll. Slarakai avançaient tandis que je sortait un gros morceau de charbon de mon tonnelet d'huile et demandais au Nippon , munis d'un briquet, de l'allumer dans ma main d'acier.
Respectant notre duel de la veille et croyant être devant un troll le jeunot me cria : Bouge ton cul ! Le buisson a bougé !

Alentar ayant réussi à allumer mon charbon je courut vers le buisson sous les yeux ahuri de mes compagnons. Je me jetai contre la plante et tel un météore lui asséna un coups de ma main flamboyante !

Je ne compris pas très bien ce qui se passa ensuite, tout alla si vite. En un instant le sol autour du buisson se souleva et tel une énorme mâchoire se referma sur moi. Avec ma main comme seule source de lumière je me débattit. Mais tout ce que je réussi à faire fut de propager le feu à la plante et à moi même.
Tandis que Salrakai essayait de m'aider, mon monde bascula à nouveau, au sens propre cette fois. En effet mes amis avaient eurent la bonne idée de couper la seule attache de la mâchoire de la plante au sol et moi et elle chutions. Après un moment je réussi à m'extraire de la plante et à me rouler dans la vase afin d’éteindre le feu.

Pendant que je jurai sur les plantes, les forets, les marais et toutes les choses qu'aimaient ces timbrés d'elfes le semi-ogre me soignai mes cloques. APrès quoi nous reprîmes la route vers le centre du marécage. Mais plu nous nous approchions plus le sol ferme se faisait rare et nous dûmes nous tremper les pieds dans la boue.

La marche se poursuivit un moment puis nous arrivâmes dans une clairière dans laquelle se trouvait les restes d'une chaumière et le jeunot et le monstre décidèrent de l'inspecter tandis que moi et le Nippon montions la garde.

Un énorme plouf attira mon attention. mais ce n'était que Salrakai qui faisait le pitre et, se faisant c'était ouvert le front. Pour ce faire soigner par Zorckal le tueur et lui revinrent vers nous. Tout en ce faisant soigner le jeunot pestai car ses pigements orange avaient prit l'eau, Quel narcisse celui là !, de plus les pigments avaient détint sur le reste de ses affaires et ses torches et sa nourriture étaient bonnes à jeter.

C'est alors qu'Alentar dit:
-J’ai vu des trucs. Une personne nous observait.
-Il était comment le gars ? s’enquit Zorckal.
-Pas bien vu. J’ai voulu me rapprocher mais il s’est carapaté. Je dirais qu’il était de taille moyenne. Et l’intérieur ça a donné quoi ?
-Des meubles, de l’eau, quelques fringues, de la bouffe à peu près fraîche. Il y a un habitant, c’est sûr, mais à part ça on a pas appris grand-chose.
-Ca pourrait être un troll ? demandai-je.
-Nan… répondit Salrakai .

Nous partîmes alors sur les traces du mystérieux individu. mais je m'en fichai, je boudai car le ton sur lequel Salrakai m’avait répondu ne m'avais pas plu. Même quand nous vîmes une petite fille dans le marais je ne m’arrêta pas de bouder. Même quand le Nippon s’élança sur les rochers glissant pour attraper la petit fille (attention cete phrase peut être sortit de son contexte.)
Ce ne fut que lorsque le rocher sous les pieds d'Alentar se leva et que le jeunot me hurla: Grank ! Un troll ! A Toi ! beugla le plus jeune à son aîné, avant de se retourner vers sa destinée en devenir. Gros tas qui pue ! Ramène ta tronche par là !!! que je sortis de ma bouderie.

3 Re: Grank Grimnirson le Dim 3 Juin 2012 - 10:39

Grank

avatar
Il nous fallu encore quatre heures pour atteindre le ...phare. Mais pourquoi dibale ces rafiots n'ont ils pas leur propres systèmes d'éclairage ?
Ce qui était bien pratique c'est qu'avec l'heure tardive il nous fut facile de nous diriger vers le phare allumé. Une fois assez proche je découvris qu'un phare était une vieille tour couverte de végétation et à moitié délabrée au sommet de laquelle se trouvait un dome dans lequel un grand feu brûlait.

Une sentinelle sur le mur ( à moitié en ruine) c'est bien un truc d'humain ça d'laisser crever un beau...un mur nous interpella :
''Qui va là ?''
Après lui avoir annoncé que nous étions des tueurs et lui avoir expliqué que nous avions entendu dire qu'il y avait souvent des attaques de skavens dans le coin il partit chercher son supérieur. Il revint nous annoncer que nous pouvions entrer pour la nuit mais qu'il faudra repartir au plus tôt le lendemain. Encore un truc qui n'arriverait pas si les bateaux s'éclairaient eux même....

Une fois dans l'enceinte délabrée nous vîmes qu'une cinquantaine de gardes devaient surveiller la tour de feu, dont quelques arbalétriers sur les pseudo remparts. C'est un vieillard ( pour les humains) balafré qui se présenta à nous sous le nom de: capitaine Hermann Jurg en charge du cinquième régiment d'épéiste d'Ostland.
Il nous fit comprendre que si l'on montait sur le phare les hommes avaient ordre de nous abattre à vue et qu'en cas d'attaque il vaudrai mieux rester à l'écart pour ne pas se prendre un flèche perdue. Mais oui, et les orques chanteront avec nous lors du prochain grand banquet de Karak-a-Karak.
Salrakaï prit soin de l'informer qu'on avait vu un groupe de skavens et de notre poursuite mais sans parler du trou. Y'a rien à dire de toute façon !

Un quart d'heure plus tard le monstre et le malade nous rejoignirent. Ils nous expliquèrent pourquoi ils étaient arrivé après nous, une histoire des discussion avec des paysans et une attaque de crabes pas plus gros que moi, rien d’intéressant.
Dès l'arriver de Zorckal, le monstre, les soldats s'empressèrent de nous apporter de quoi manger. Et surtout de quoi boire !
J'en profitait pour questionner les gardes sur les attaques de skavens ais n'étant pas très causant et le malade ayant fait une remarque sur mon peuple je me détourna assez vite de la conversation. Il a de la chance d'etre malade sinon c'était mon poing dans la figure...
Après quoi, fatigués de notre dure journée, nous nous couchâmes.

C'est vers 9h30 que notre compagnie se réveilla. Tandis que le malade, insolent, et le monstre, imposant, allaient bavarder avec le capitaine moi et Slarakaï nous restâmes au lit, jusqu'au moment ou nous remarquâmes que les espions du capitaine avec qui parlait nos amis n'étaient autres que des elfes !!!!!!Par la pipe de Grungni ! je vais leur chauffer leurs oreilles pointues et essayer d'avoir une bonne baston !

C'est dans cette état d'esprit que le jeunot et moi ont eu cette discussion :

« Tu te rappelles comment on a gagné la Guerre de la Vengeance ?
-Ouais. Dans les duels Haut-Roi/Roi Phénix ça fait toujours 1-0.
-On lui a pris sa couronne à l’autre.
-Elle est toujours dans la salle du trône du Haut-Roi d’ailleurs. »
Un des Oreilles pointues nous adressa un regard sévère . Les autres prirent le parti de nous ignorer. Ils montèrent les marches en hauts du phare.
« Charognard pour charognard, autant chercher la compagnie de ceux qui parlent pas, commenta Salrakaï .
-Et qui rasent pas
», renchéris-je.

Quand je fus bien sur que les imberbes aux oreilles pointues n'écoutaient plus moi et le jeunot nous approchâmes du capitaine et de nos amis. Après lui avoir reproché ses mauvaises connaissances et avoir conclu d'une attaque de skavens sur Birkeweise nous repartîmes vers le village.


Durant le voyage, Alentar, le malade, nous informa qu'il avait vu des formes loin dans la plaine. Pensant qu'il s'agissaient de skavens nous partîmes en courant dans leur direction, jouant à pierre-papier avec Slarakaï le droit de choisir sa cible en premier. Il gagna et en arrivant les skavens en pleine conversation s’arrêtèrent et se séparèrent en trois groupe: trois partir attaquer notre flanc droit, deux autre le flanc gauche et le dernier qui semblait être le chef n'avait pas bouger. surprenant qu'ils n'aient pas fuit...

Le jeunot partit vers la droite tandis que je fonçais vers le chef esseulé, le monstre et le malade prirent par défaut les deux hommes-rats de gauche.
Evidemment ce fut un massacre. Un seul skaven parvint à s'enfuir poursuivit par mes compagnons. Sachant qu'aucun nain ne peut rattraper un skaven en fuite j'optait pour la solution la plus logique, je lança donc ma hache à deux main en direction du rat et le manqua. Zorckal poursuivit la bête en quand il revint vers nous il nous annonça qu'il était mort de ses blessures. Entre temps j'avais récupérer ma hache et mes am... compagnons avaient coupé les queues des homme-rats. C'est pas un trophée pour un vrai tueur ça!

Nous reprîmes la route et après un moment nous croisâmes un groupe de pécores autours d'une ferme, le monstre décida de ne pas s'approcher :
'' Hé toi là ! leur lançai-je.
-Tiens, un nain, répondit un des pécores.
-Bonjour, continua Salrakaï .
-Bonjour ti monsieur, répondit le péquenot qui était visiblement simplet.
-Z’avez vu des skavens ? repris-je .
-Ah, ces saloperies !
-Ouais, dit le jeune Tueur en exhibant les trois queues fraîchement coupées. Vous en avez croisé récemment ?
-Ah non, pas récemment.
-Et des crabes ? demandai-je.
-Y viennent pas par ici. Y vont vers le marais qu’est à Alexander Molnar .
Mais il laisse pas le droit d’y entrer . D’ailleurs presque toutes les terres ici sont à lui. Nous on fait que travailler dessus. Il vit à Schonfeld.
Le poil-au-menton le remercia et posa une dernière question.
-Il est où le poste de garde dans ce patelin ?
-Au centre-ville. Demandez aux gardes que vous croiserez.
''

Nous repartîmes vers la bourgade et après avoir demandé ou était le poste de garde nous nous retrouvâmes devant un écurie dans lequel se trouvait deux gardes.
Le jeunot essaya de leur refourguer ses queues de skavens mais ils n'étaient pas preneur et lui et moi partîmes vers la taverne. Mais une grande déception nous y attendait...

La taverne était fermée ! Par le cul poilu de Grimnir !!! Qu'est ce que ça veut dire !? Il ferme leurs tavernes la journées ces humains !? Pays de sauvages !

Nous repartîmes donc pour Schonfeld pour en savoir plus sur cet Alexander Molnar. Mais avant d'aller enquêter mes compagnons d'aventure passèrent au poste de garde pour toucher leur récompense sur les carapaces de crabes. Mais ils ne prirent pas les queues de skavens de Salrakai.

Après avoir demandé ou vivait Alexander nous partîmes vers son manoir situé en face du temple de sigmar mais Zorckal ne nous suivit pas.
Une jeune femme nous ouvrit après que nous ayons sonné:
''Oui ?
-Nous voudrions voir Herr Molnar .
-C’est à quel sujet ?
-Ses propriétés. »

La demoiselle eut l'air perplexe, mais resta professionnelle.
'' Très bien. Entrez je vous prie. dit elle en nous faisant passer dans une coquette salle d'attente.
- Monsieur va arriver. Désirez vous quelque chose à boire ?
-Une bière !
m’exclamais-je en même temps que Salrakai . ''




Un vieux truc qui traîne depuis trop longtemps...

4 Re: Grank Grimnirson le Jeu 28 Avr 2011 - 20:04

Grank

avatar
Voila le scénario "Le Glubglub ayant commencer je post le résumé de la première partie. Bonne lecture au lecteur.

"Parait qu'ils cherchent des motivés pour une mission au nord."
Assis au fond de la salle remplis d'ivrognes et de soldats cette phrase me parvint nettement. Me rapprochant du soldat qui venait de dire ça je interpellai : "Qu'as-tu dis l'humain ?"
Se tournant vers moi le soldat me dévisagea un moment puis repris :  "J'ai été viré d'un établissement dans lequel des voyageurs parlaient d'une mission."  Sortant une feuille de sa poche il la tendit au tavernier qui la lu : "Recherchons guerriers pour mission de routine. Fortes récompenses. Veuillez vous adresser aux gardes de la cité de Schönfeld pour de plus amples informations . "
"Et c'est ou Schönfeld?"  grommelai-je.

Je marchais tranquillement vers le nord, voulant ensuite longer la cote jusqu'à Schönfeld, quand tout à coups je sentit une main me tapoter l'épaule. "Salut mon vieux ! moi c'est Salerakaï...et toi ?" Me retournant aussi vite que les jours d'ennuis dans les tavernes Middenheim me le permettaient, je me retrouvai face à face avec un autre tueur, de par la longueur de sa barbe je devinai qu'il n'avait pas 70 ans. Qu'est-ce qui peut pousser un nain aussi jeune à devenir tueur ? Pensai-je. Puis je me permis de l'inspecter , de ses pieds sales jusqu'au haut de sa crête, rien d'inhabituelle pour un tueur, forte musculature et barbe et crête orange, si ce n'est un tatouage plus imposant que ceux de la moyenne courant depuis son épaule gauche un peu partout autours. Ils portaient deux haches relié à des brassards par des chaines. J'eus juste le temps de répondre que J'm'appelle Grank et qu'j'suis pas ton vieux avant d'avoir le souffle coupé par une apparition gigantesque. Ma mort peut-être ? pensai-je avec une pointe de peur au tréfonds de mon âme. En effet un monstre humanoïde de plus de 2 mètre et assez corpulent me dominait, son armure de cuir complet coupler avec son visage caché dans l'ombre de sa cagoule et son arsenal d'armes me fit frémir, quand je pus distinguer ses grands yeux mauves, ses cheveux et son bouc d'un bleu-noir profond, et une belle balafre sur la joue gauche j'étais sur le point de sortir ma hache.
"Fait pas gaffe, c'est un ami." Me dit Salerakaï. Zut, encore une mort qui n'ira pas !

Après avoir discuter avec mon compagnon d'infortune et le monstre qui semblait être un semi-ogre du nom de Zorkal, j'appris qu'eux aussi se rendait à Schönfeld et nous décidâmes de faire le chemin ensemble. Fort heureusement la route de Middenheim vers le nord est très fréquentée et nous n’eûmes aucun mal à trouver, dans la première auberge relai du parcours, un convois susceptible de nous emmener en échange de notre force. Mais convaincre le chef du dit convois de nous emmener fut un peu plus délicat, tandis que je restait dans mon coin Salerakaï commençait à s’énerver tandis que l'humain était effrayé par le semi-ogre. Finalement je vois le tavernier glisser une bourse dans la main du chef de convois et quelques mots à son oreille, tout en lançant des regards apeuré vers Salrakaï devenu tout rouge. Mouais.
Finalement le convois nous déposa à Schuten, de là nous sommes parti vers l'ouest. C'est à Birkewiese, « Chez Geiger » , une taverne dans un état plus que déplorable, que Salerakaï me proposa un concours de boisson. OK le jeune vient par là. Mais j'avais sous estimé la piètre qualité de la bière humaine sans compter que Zorkal, ce monstrueux semi-ogre m'a déconcentré en cassant l'épaule d'un ivrogne endormis sur un banc ! Bref, je finis sous la table à marmonner des incongruités.
Salerakaï se foutut de moi durant tout le voyage jusqu'à Schönfeld ! Vas-y le jeune on voit tout de suite que tu n'as pas gouté à l’arôme subtile et délicat d'une chope de Bugman XXXXXX, si c'était le cas tu supporterait bien moins bien la bière humaine !

Schönfeld ! Une surprenante bourgade ! Après avoir franchit le petit portillon nous découvrîmes un bien étrange spectacle. En effet trainant un peu partout des blessés en uniformes nous regardaient entrer. Tandis que mes deux compagnons allaient voir le chef de la garde je partis vers la taverne-auberge «  Les amis qui s'lèvent vite ». En entrant je découvrais, en plus des habituels piliers de bars, deux soldats blessés. Je me suis permis d'exprimer ma curiosité de manière peut subtile ce qui me valu un regard noir des soldats. Bref j'ai commandé 2 bière puis me suis mis à questionner le tavernier sur la raison de «  la bande d’estropiers qui on l'air de servir de gardes » puis je suis allé questionner les gardes tout en leur payant un coups. Mes questions m'ont appris l’existence de skavens qui attaqueraient de manière totalement irrégulière un phare.
C'est quoi un phare ?




Mes compagnons reviennent, c'est quoi le truc avec eux ? On dirait un humain. Mais comment tient-il debout ? Il est aussi jaune qu'un malade, ses yeux sont bridés et ses cheveux marrons courts. Après avoir salué mes compagnons, et avoir appris que le nouveau venu se nomme Alentar,je lui fait un petit signe de bon rétablissement. Il faut que j'aille signer le registre à la mairie. Sur le chemin je leur parle du phare, mais le malade à l'air de faire un blocage cérébrale, drôle de maladie. J'apprends que l'ont doit tuer des crabes . Une sorte d’insecte géant avec une grosse carapace. Il semblerait que ces crabes se dirigent vers les marais du sud. Quand on arrive devant la mairie, un grand bâtiment rouge, Zorkal reste dehors. On est accueillis par le maire, un petit bonhomme qui nous propose 10 Pièce d'Argent par bestiole tué. Beau salaire. Et une remise de 50% sur les faux-frais. Nous concluons notre accord en nous serrant la main, j’essaie de lui montrer ma force en serrant fort. Mais malheureusement il me perce à jour et c'est sa poigne qui m'écrase la main. Nous allons voir le chef de la garde, Spenlihauer Jan. Nous lui demandons si il a quelque chose pour transporter les corps des bêtes.
Moi j'veux aller voir le phare ! Ben on y va ! Nous voyons que le phare se situ au sommet d'une cuvette. Des herbes hautes sortent du sable et de la roche qui constituent le sol. Salerakai et moi ne remarquons pas que nos compagnons nous on abandonné dans notre empressement à atteindre le phare. A mi hauteur, Salerakai voit des choses qui se déplacent à environ un kilomètre de là. Le jeune fait demi-tour? Mais c'est que des skavens !! Nous nous mettons à courir quand, une crevasse ! Grumbaka! Je réussi à ne pas me cogner la tête contre une parois, Salerakai s’arrête quand il s'aperçoit de mon absence.
- Aller sale petit semi-imberbe tu trouve se trou pour que je puisse te botter les fesses ! C'est à peine sortit de l'adolescence et ca part à l'aventure !
-Continue comme ça vieux con et je te laisse pourrir dans ton trou ...
- Vieux con !?
- ...Tu l'auras ta mort glorieuse!
-Sale petit tueur en couches !
-Mort de faim et bouffé par les vers !!
-Ramène ta fraise ici que je puisse te montrer que l'age améliore les coups !
-Et bien si t'es un grand et sage vieillard t'as qu'a te sortir tout seul de là! Tu t'y es mis ...
-J'veux pas sortir !
-...Tout seul.
-J'veux qu'tu entres !
-Tu t'en sortira tout seu... Pourquoi ??
-Pasque y'a un tunnel mal foutu !
-Putain pourquoi tu l'as pas dit tout de suite!?
-Parce que un jeune semi-imberbe qui m'emmerdait !...Tu ramènes tes fesses ou t'attends qu'y fasse nuit ?
-Ouais, j'arrive, j'arrive
-Ouais c'est ça
-Putain vieux con t'aurais pu remonter et me montrer où il était cette merde de trou!
-Peux pas...
-T'es trop sénile ou impotent pour le faire?
- ...J'ai mal à la main...
-Ah ouais !D'abord j'ai que 147 ans !
-Dis pas de conneries, vu ton age ça marche plus tout ça,fait moi pas le coup du j'ai mal a la main!
-J'ai vraiment mal !Tu ferais mieux de venir voir ca ! Petit rebus de société !
-Et tu t'es fait ça comment?
-Sais pas... surement en tombant !
-Ouais, ouais

Quand il descend enfin, je regarde autours de moi, il y'a de l'eau, du sable et une lumière qui pulses d'un des deux tunnel, nous allons voir et voyons qu'il donne droit sur la mer. Un magnifique coucher de soleil sur l’océan.
Y'a rien ici demi-tour.
Nous allons dans l’autre tunnel, Salerakai allume une lampe et nous voyons, un cul de sac !
Bon ben on ressort. Mais j'ai quelque difficulté, refusant l'aide du jeune je réussis à me hisser à mon troisième essai.
Il se fait tard, on pourrait passer la nuit au phare ?

5 Re: Grank Grimnirson le Ven 2 Juil 2010 - 18:18

Grank

avatar
Kurgrim voulant éviter Altdorf (pour éviter de perdre du temps) nous continuâmes notre périple vers Midenheim. Sur la route je suis un peu intimidé par toute ces grandes personnes qui passent à coté de nous.
Lors d'une halte à Kutenholz nous mangeons à l'auberge du noctambule, qui après une certaine heure se transforme en accueillante taverne-auberge. Autour de nous les gens me regarde avec crainte " Mais c'est quoi ce punk hyper musclé ?" quand à moi je reste sur la défensive " Pourquoi qu'y m^' regardent comme ca ? 'sont jamais vu d'nains ?" Puis voyant Borlirdirk discuter avec un mineur humain je demande à mon voisin qui est ce type. Il me répond que c'est sans doute un mineur humain vu son attirail. Quand Borlirdirk revient vers nous il nous explique que c'est un mineur qui a fuit la mine car " Il s'y passe des trucs bizarre ".
Une heure après notre arrivé nous repartons sans trop pensé aux bandits qui se trouvent dans les bois ( bon là c'est évident, tout le monde a compris ce qui va se passer).
Nous marchons tranquillement, quand tout à coups, une volée de flèche s'abat sur nous. Kurgrim reçoit un filet et se retrouve empêtrer dedans. Athalarik reçoit un carreaux dans le bras, carreaux qui: lui brise l'os, lui tranche l'artère et les veines et découpe la chaire (en gros son bras et quasi arraché ) et quand il tombe à terre, le bras fini de se décroché (bon là il a plus de bras). Moi même je me prend un carreaux dans le torse, ne sachant pas d'ou` viennent les tirs je me laisse tomber et observe les alentour. Hezufar aperçoit quelque chose et tir, un râle nous apprend qu'il a touché sa cible. Borlirdirk fonce dans la direction que lui montre Hezufar. Je me relève et fonce à mon tour mais vers Kurgrim qui est toujours dans le filet et qui regarde impuissant Athalarik se vider de son sang. Je découpe le filet et court rejoindre Borlirdirk dans les bois " saloperie d'arbre" me dis-je en arrivant devant la foret mais c'est sans hésitation que je rentre dans cette foret. Je vois un adversaire, sans doute le chef. Je lui fonce dessus, abattant ma hache aussi fort que je peux, il esquive. Nous continuons, le combat, je balance ma hache dans un attaque circulaire de haut en bas. Je rate ma cible et commence à m'énerver. Jetant ma hache de coté, je saute sur mon adversaire et lui donne un bon coups de mon bras en métal dans le visage dissimulé sous une capuche. Quand sa capuche tombe je me rends compte que lui ai enfoncé le nez dans le crane. Je m'apprête à le finir en lui balançant mon pied dans la nuque, se brigand attrape ma jambe en plain vole et me fait tomber sur le dos, furieux, je dégage mon pied de sa faible poigne et lui décoche un coups de pied dans la face. Un craquement m'apprend que je l'ai tué. en tombant la nuque finis de se déchirer et la tête du voleur va rouler plus loin dans la foret.
Je le fouilles et je trouve sur lui 12 couronnes et 5 pistoles ainsi qu'une arbalète, 11 carreaux et une épée bâtarde. Peu satisfait de ce butin, Je vais fouillé ceux que Hezufar a tué, je retrouve deux corps et sur eux je trouve: 12 couronnes, 2 arbalètes, 23 carreaux et un gilet de cuir.
Les autres proposent de rassembler ce qu'on a trouvé pour vendre et partager. Je décide de garder mon argent ainsi qu'un arbalète et 10 carreaux.
Puis je vais voir Athalarik et lui montre mon bars en lui disant ou il peut avoir le même.
Enfin quand nous arrivons à Midenheim nous allons de suite à la taverne " la chope sculptée" tenu par Zarrak barbe blanche un peu à l'écart de la ville.

6 Re: Grank Grimnirson le Mer 30 Juin 2010 - 22:33

Grank

avatar
Je rencontre Kaighrom, il n'a que des tresses, ni cheveux , ni barbe "normale", que des tresses. Il porte une chemise hawaïenne orange avec des fleurs blanches dessus, un type étrange.
Il nous donne rendez-vous au port de Zubphar. Il nous fait monter dans son invention, le Harbak,une sorte de barque fluvial impérial avec un moteur à vapeur (comme celui des gyrocoptère).
Nous quittons Zubphar , descendons le fleuve jusqu'à Nuln ou nous suivons le Reik jusqu'à Weisbruck, là bas je rencontre jaswit. Nous nous arrêtons à l'auberge du voyageur assoiffé. Assoiffé, comme moi. A peine sens-je l'odeur de la bière que je me précipite sur la première que je vois, bousculant au passage uns jeune fille se faisant courtiser. Son amis s'approche et nous nous retrouvons encerclé par les habitués.
- Ben voila, j'ai trébucher sur le magnifique parquet de votre belle auberge et je suis tombé sur la pt'it dame, voila ce que je répondis quand on me demanda des explication.
Je m'attable avec mes amis et l'on apprends que la fille d'un riche tenancier du coin a été enlevé.
Quand tout à coups, j'aperçois une personne au fond de la salle qui nous observe un type louche. Je lui lance mon regard le plus intimidant, il détourne aussitôt les yeux.
Plus tard j'apprends que c'était un mercenaire. Nous apprenons aussi que des choses étranges se passent dans la foret et que plusieurs attaques ont lieu dans les environs.
Kaighrom nous laisse tomber à Weisbruk de peur de perdre son invention.

7 H-S Au feu les pompier ! le Jeu 17 Juin 2010 - 4:37

Grank

avatar
Bon voila mon deuxième Hors-Scenario c'est fini. Je remercie déjà Vykos qui à jouer le rôle de MJ. (je ne précise pas que j'étais en retard ah si je viens de le faire...)

Bon résumé: Il y'a peu j'ai appris qu'un monstre rodait dans les environs de Karaz-a-Karak , étant tueur de troll je m'intéressa à la chose. J'allai donc gaiement (enfin aussi gaiment qu'un tueur le peu) écrasant escargot, herbe, campagnols, coccinelles ,bref toutes les merveilles que Dame Nature à mis a disposition des elfes .
Arrivé à Karaz-a-Karak, j'appris la désagréable nouvelle qu'un autre tuer avait occis la bête. a présent c'était moi qui avait l'air bête après avoir parcouru un long chemin depuis Karak-Kadrin pour rien.
Avant mon départ j'avais été mis au courant que si je survivait à mon affrontement avec le monstre un dénommé Brataflak barbe rebelle, patron de la taverne "la bonne mousse", saurait me renseigner sur quoi faire après.
Il me dit que je pourrai escorter un convois vers Middenheim et le soir même il me présenta aux quatre nain que j'allai accompagner:
-Kurgrim le porterune, un nain étrange aux cheveux bleu et à la barbe blonde.
-Borlirdirk un vieux mineur qui après un soirée à picolé m'a avoué qu'il avait mis en déroute une WAAAGH! surement une vantardise d'alcoolique.
-Hezufhar un mercenaire avec un grand manteau en cuir, une arbalète bref une elfette en herbe.
-Athalarik un mercenaire qui avant était ex combattant des tunnels, un gars sympa qui sent la bière.

Kurgrim m'expliqua qu'il fallait aller à la taverne "la chope sculptée" à Middenheim et trouver Karlek le maitre d'arme. Mais avant cela nous devons passé par Zhufbar pour parler à Kaighrom un ingénieur.
Après la séance j'acceptai une invitation de Athalarik et Borlirdirk à jouer au Bizkit. Borlirdrik et moi nous arrêtions après 2 chopes tandis que Athalarik continuait seul. J'allai donc dormir en titubant dans l'auberge du "marteau fringant".

Le lendemain je pris un petit déjeuner et un paquetage pour la route ayant mal à la tête je mangeai peu et mis le reste dans mon sac.
Nous partîmes donc le matin. Lors de notre halte de midi j'aperçus quelque-chose qui bougeait j'alertai donc mes compagnons. J'avais raison quelques instants plus tard nous fumes attaqué par un groupe de 6 gobelin de la nuit. Athalarik en tua deux en quelques instants . Hezufhar en tua un autre avec son arbalète et moi même je fus blessé à la tête par l'un d'entre ce qui ne fit qu'aggravé ma cuite de ce matin, j'eus le réflexe de de lui couper la jambe pour le remercié ce qui le fit chuté et sa tête percuta une pierre et s'ouvrit. Du sang plein les yeux je ne voyait pas le grobi qui courrait vers moi la hache à la main. Heureusement pour moi celui-ci se trancha la tête lui même. Celle ci vint rouler à mes pieds et mon premier réflexe fut de shooter dedans (en plein pendant le matche Suisse-Espagne, je suis suisse).

Finalement nous arrivâmes fatigué à Zhufbar ou nous primes un bon repos dans l'auberge du "Pic enneigé". Kaighrom pouvait attendre le lendemain.

8 Grank Grimnirson le Mer 16 Juin 2010 - 4:54

Grank

avatar
Bon voila mon premier hors-scénario c'est déroulé.
je vous fait donc un résumé:
J'étais à Karak-Kadrin il me manquait un bras. J'ai aidé à débarqué des tonneaux dans un auberge du nom de "la taverne du troll bourré au beurre" un telnom peu sembler étrange mais bon, avant de me renseigner sur la guilde des ingénieurs.
Ayant eu les information qu'il me fallait je me rendis chez un ingénieur nommé Lokri piedocu qui me fit ( contre service-à-rendre) un bras mécanique . Voila c'est tous ce que je puis vous révéler car je suis tenu au secret.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum